• Décembre 57

    De la nostalgie, des comptes réglés. Un terreau ou poussera peut-être la beauté.

     

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur.

     

     

    DÉCEMBRE 57

     

      
    À soir dehors y fait cru
    Ti-Gars Bisson s'chauffe le cul
    Su'l'grand radiateur dans l'coin
    Juste en arrière du rak à pain
     
    Derrière dans l'entrée d'la cave
    Alphonse est encore pompette
    Et joue la symphonie des grosses
    Le fond d'sa bouteille vers les cieux
    Comme s'il pouvait avaler Dieu
    Debout dans une demi-pénombre d'ouate
    Il fixe le coin le plus obscur de la pièce
    Déposés sur une pile de vingt-quatre
    Ses dentiers sèchent et boudent la fête
    Sa grosse Molson Ex jamais muette
    Lui glougloute une douce berceuse
    Suivie en écho d'un gros rot grave
     
    Les bonbons d'Noël sont pesés
    L'frigidaire à liqueurs est lavé
    La moppe a léché son dernier coin d'plancher
    L'Pére Noël va passer à un moment donné
    Pour gonfler les p'tits bonheurs
    Qui apprivoisent les grandes peurs
     
    Emportés par un vent de folie effréné
    Les flocons se collent le nez à la vitre
    Pour regarder la crèche et la neige ouatée
    Disposée autour des personnages de plâtre
    Incrédules ils pleurent leur déception
    Devant les navrants rochers de carton
    Avant de rejoindre la margelle en glaçons
     
    D'un coup Ti-Cail chambralant
    Entre dans l'épicerie en coup d'vent
    Y sort d'la Moderne ç't'évident
    Deux gros Navy Cut Players
    Et une douzaine de Black Horse
    Vont directement des tablettes au livre noir
    Avant que ne l'aspire à nouveau l'hiver noir
     
    Alphonse passe le seuil d'une hésitante démarche
    Pendant qu'Noël commence tout juste à faire son cash
    Dans l'office où l'ont mené ses déhanchements de nabot
    Il palpe le produit de son négoce de ses doigts lourdauds
     
    Noël mélangé a hâte car demain tôt
    Son acheteur débarque demain très tôt
    Dans son coin Ti-Gars baille d'ennui
    Pourtant ils seront occupés cette nuit
     
    Le vent boude maintenant la triste neige
    Qui tombe drue et blanchit la noire nuit
     
    À la mine
     
    Les sourdes pompes ronronnent rassurantes
    On les entend de l'épicerie quand il vente
     
    Les mineurs minent tout est calme et bien
    Le monde entier est en ordre c'est certain
     
    À peine une vague lueur jaunâtre
    En halo autour de la gate et du smelter
     
    Au loin une corne à brume fend l'air
    Comme d'habitude à cette heure
    C'est l'engin du train de l'ONR
    Que la mine envoie brasser des affaires
     
    Ailleurs
     

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    MarioB Profil de MarioB
    Mercredi 14 Décembre 2011 à 22:27

    J'aime biien ! Un peu une mise à jour du style Jean Narrache. Vous êtes écrivain ? De l'Abitibi ? Lieu que j'aime beaucoup : 9 visites à vos salons du livre, car je suis aussi écrivain. Il y a ces sites, sur unblog :


    http://mariosouvenirs.unblog.fr/


    http://marioromans.unblog.fr/


     

    2
    Dididit Profil de Dididit
    Mercredi 14 Décembre 2011 à 23:23

    Merci pour le commentaire. Sur le fond, c'est vraiment des souvenirs d'enfance. Les gens que je nomme je les ai vraiment connus; facile de décrire alors. J'irai voir les références avec plaisir en attendant de se croiser au prochain salon du livre. Cette année il se tiendra à Rouyn. J'y serai sûrement en lien avec les Éditions du Quartz (lien sur mon blog).

    3
    Marie-Jeanne
    Dimanche 25 Décembre 2011 à 10:50

    Bonjour, quel talent, vraiment.

    On ressent du vécu...

    4
    Dididit Profil de Dididit
    Dimanche 25 Décembre 2011 à 17:50

    Bonjour M-J, merci d'apprécier mon "très local" récit comme je me plais à l'appeler. J'avais tapé une réponse à ton commentaire mais ça ne semble pas s'être enregistré. Il n'était pas destiné à être lu faut croire. J'ai dû "faire la boulette" comme disent les DP. Lol, lol je ris fort là. Bonne journée.  

    5
    MarioB Profil de MarioB
    Mercredi 28 Décembre 2011 à 06:56

    Désolé de répondre par ici. Je ne peux même plus accéder au courrier sur les sites Unblog, dans un profond marasme. Tout croche ! Oui, je crois que Ce sera formidable est disponible en bibliothèque sur le réseau de l'Abitibi. Aussi le seul disponible sur le marché, mais appelé à disparaître cette année. Une chose rare à propos de ce type de roman : c'est drôle ! Habituellement, les "romans historiques", c'est très rasoir...


    Mario Bergeron

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :