• Édouard

    Le lac Édouard est un petit lac méprisé alimentant une zone marécageuse. Situé dans les limites de l’ancienne ville de Rouyn, le développement urbain l’a d’abord contourné pour finalement l’encercler totalement. Une partie de ses rives a été aménagée au cours des dernières décennies lui redonnant un peu de profil. Le lac Édouard est à l’extrémité du quartier des affaires et le sépare de la partie sud de la ville aménagée sur un promontoire. Les marcheurs y tapent une piste pendant l’hiver afin de raccourcir leur trajet dans le froid entre la rue Principale et les quartiers de Rouyn-Sud.

    J’ai emprunté cette piste un soir de glacial décembre. Un bain de dure nature avec la ville à portée de main. Je me suis arrêté quelques minutes, en plein milieu du lac gelé, sous un ciel d’encre envoûtant. Le vent dormait, tout : la neige, le temps… tout semblait frigorifié pour l'éternité.

      

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur.

     

    ÉDOUARD

     

    J'ai en mémoire
    Une froide nuit de décembre
    Froide
    Si froide
     
     
    Si froide que les fumées
    Des cheminées étaient aspirées
    D'office par un ciel d'encre
    Sans détours sans méandres
     
     
    Si froide que l'air glacé
    Ne pouvait porter
    Le poids de la bourrasque
    En supporter les frasques
     
    Si froide que muette silencieuse
     
    J'ai en mémoire
    Une sombre nuit de décembre
    Sombre
    Si sombre
     
    Si sombre que les espoirs murmurés
    N'atteignaient pas la voute étoilée
    À peine les avait-on espérés
    Qu'ils habitaient notre gorge à perpétuité
     
    Si sombre que les sentiments mouraient
    Avant de faire naître une lueur
    Aux yeux des amants du nordet
    Avant de s'installer dans leur coeur
     
    Si sombre que froide glacée
     
    Novembre lui-même est bel et bien mort
    Et décembre  semble frappé de même sort
     
    Maintenant
    À ma chaleur de coeur
    Maintenant
    À tes yeux à leur lueur
     
    J'ose maintenant dire
    Des choses pourtant déjà dites
    D'une manière autre
    L'amour la haine qui m'habitent
     
    La même langue
    La même harangue
    Le même alphabet
    Le même français
     
    Mais
     
    Autrement dit
     
    Comme si en huron en sanscrit
    Ou encore en langue d'Australie

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Marie-Jeanne
    Mardi 3 Janvier 2012 à 12:06

    Bonjour, Décembre est un mois bien triste, mais il est passé, voici la nouvelle année et le printemps s'approche petit à petit.

    Tant que l'on réagit c'est que l'on est encore Vivant!

    2
    Dididit Profil de Dididit
    Mardi 3 Janvier 2012 à 23:34

    Oh M-J, bonne journée à toi. Oui le soleil de janvier ça fait presque partie du printemps. J'espère que la saison des Fêtes n'a pas été trop éprouvante.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :