• L’amant du lac

    Une belle histoire tendre d'amour.

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog son protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur.

     

    L'amant du lac

    Virginia Pésémapéo Bordeleau, Mémoire d'encrier, 2013

     

    Métis, algonquine. Un homme, une femme. Un écheveau de situations originales, crédibles, fortes. La quatrième de couverture qualifie le roman d'érotique. Je ne suis pas d'accord.

    J'ai découvert un roman d'amour pur. Un roman d'amour et d'infinie tendresse qui unit les racines des arbres à la légèreté de la forme des nuages. Un roman qui marie la fluidité du vent capricieux à l'impétuosité des eaux du Lac : Appittippi et à la lumière nordique.

    Qui unit la liberté du métis itinérant, trappeur, à la fougue à la jeunesse, à la sédentarité d'une amérindienne. S'il s'agit d'ensembles érotiques, on le fait à partir de balises redéfinies.

    Une histoire dans la nature avec des mots adéquats. Avec des paysages facilement connus. Avec des senteurs déjà senties et retrouvées aux lignes de l'histoire. Une explication, une facette de la limpidité de la clarté du nord.

    Le récit est serti de croquis frappants qui en renforcissent la tranquille assurance en émanant. Gabriel est arrivé au village en détresse, il a été aidé et aimé. Le village lui-même était signé de la détresse d'une robe-noire.

    L'amour est impétueux et indomptable. Gabriel le devine et reprend les eaux. Ailleurs une autre femme lui raconte LA femme. Rencontre douce, incertaine, osée, pure… maternelle.

    Après avoir appris la femme, il apprend la guerre. Après avoir appris la vie, il apprend la mort. Après avoir appris l'amour, il en apprend les limites.

    On voudrait tant que ça finisse bien et ça finit bien. Avec juste assez de clichés pour faire ronfler l'histoire. Ça se termine sur fond de chien-loup, traîneaux et grandes étendues glacées.

    Puisque rien n'est parfait, on retrouve quelques chapitres en joual, au magasin général, dont le ton est mal dosé par rapport au reste du récit. Malgré tout, une superbe façon de parler d'amour. Amour d'une femme, amour de la vie, amour de la nature.

    J'aime et beaucoup.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    malinamie Profil de malinamie
    Lundi 19 Août 2013 à 18:30

    On a le goût de le vivre...je voulais dire de le lireeeeeeeeeeeeeee ....

    2
    Dididit Profil de Dididit
    Mardi 20 Août 2013 à 06:00

    Je te le recommande. Moi je l'avais emprunté de la bibliothèque.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :