• La bicyclette bleue

    L'occupation de la France vue de l'interne au travers d'une histoire d'amour. Un point de vue civil et féminin intéressant.

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur.

     

    La bicyclette bleue (1939-1941)

    Régine Desforges, éditions Ramsay 1981.

     

    Ce roman est le premier d'une longue série. L'histoire débute en août 1939, une semaine avant la deuxième guerre mondiale. Pierre Delmas opère un vignoble dans la région de Bordeaux. Le financement du domaine de Montillac a été acrobatique dès le départ et il est obligé financièrement envers quelques notables.

    De ses trois filles, Françoise, Léa et Laure, c'est Léa 17 ans, qui deviendra le personnage principal du récit : la belle Léa. Léa la trop belle… la jolie, l'ardente, la séduisante, la pétillante, la charmante Léa! Au début, les jours sont heureux dans la campagne française, ses paysages, ses coutumes, sa bourgeoisie. Comme sur le modèle de l'histoire de Thérèse Desqueyroux de Mauriac, les alliances par mariage entre enfants de familles voisines, sont courantes pour élargir l'exploitation de la vigne, améliorer les rendements.

    Laurent d'Argilat fils du propriétaire du domaine des Roches-Blanches, voisin et cousin de Léa, se marie avec Camille, une autre cousine promise depuis fort longtemps. Le hic, c'est que Léa est follement amoureuse de Laurent. Ses très, très nombreux soupirants n'arriveront pas à la consoler (Mathias Fayard, Raoul et Jean Lefèvre…). Aux noces de son « amoureux » elle rencontre François Tavernier un ami de Laurent qui arrive de Paris et qu'elle méprise rapidement. Il deviendra pourtant rapidement son amant.

    Par dépit à la veille des noces, alors que les hommes sont sur le point de partir pour la guerre, elle accepte marier Claude d'Argilat, le frère de Laurent qui la rendra rapidement veuve dans les mois qui suivent.

    Il y a la mobilisation devant les attaques allemandes imminentes et Léa vient vivre un bout de temps à Paris. Elle y est en juin 1940 lors de la défaite française, quelques jours avant l'occupation de la ville.

    Les histoires d'amour de Léa sont remplies de variantes. Aux premières heures de l'occupation allemande de Paris, Léa et Camille, la femme enceinte de Laurent, repartent rapidement vers la campagne à cause de la menace allemande. Camille aura un accouchement dramatique avec l'aide d'un soldat ennemi.

    Il y a beaucoup de longueurs dans la description détaillée des activités sur les lignes françaises (morceaux probablement tirés d'un journal réel de combattant). Longueurs aussi dans la présentation d'extraits de discours officiels de membres du gouvernement.

    Un des intérêts du récit est qu'il dépeint de façon crédible la collaboration des français avec l'ennemi et la philosophie qui sous-tend les lâchetés des gens quand les structures sociales s'effondrent. De la collaboration de même que de la résistance au sein de mêmes familles avec une motivation défendable pour chaque camp.

    Quelques belles phrases : « À quoi bon vous détromper… j'ai des bonheurs, mais jamais un bonheur complet. Je suis habité par une souffrance aiguë, confuse et profonde, qui ne me quitte jamais… Je ne m'aime pas, mais je me veux du bien ».

    Au fil de l'histoire Léa perd sa mère dans un bombardement. Son père, inconsolable de la mort de sa femme, meurt de chagrin peu après avoir été informé de l'intention de Françoise, sa fille aînée, de marier un soldat ennemi duquel elle est enceinte.

    L'histoire des amours de Léa, basée sur sa beauté et son manque de moralité est moins crédible que le récit historique qui lui, repose (à coup sûr) sur des faits réels. Il y a une bonne opposition de la dichotomie sociale vécue par les français lors de l'occupation allemande.

      


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :