• La Bière

    Pour fuir le morne février, vous aimeriez vivre dans un environnement complètement différent?

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur.

      

    LA BIÈRE

     

    On est au mois de février. On sait que le soleil n'est pas loin mais ce n'est pas encore tout à fait ça. La réserve d'énergie est souvent au plus bas. Alors on cherche à se motiver pour que les choses arrivent… le printemps itou.

    Je vous parle d'un commentaire que j'ai entendu je ne me souviens pas où, il y a lurette, et elle était belle. Une ou deux dizaines d'années probablement. Oui, oui, il paraît que la mémoire ancienne n'est pas encore trop touchée à mon âge.

    Mais je ne sais pas trop pourquoi je commence à parler de ça. Ce n'est pas vraiment à cause de février. Le mois court est sans doute un prétexte. Non, ce qui m'a fait dire,  ben oui, taboire, c'est à matin que ça se passe… c'est complètement autre chose. Une petite vidéo reçue par mail de la part d'une amie. J'en reçois souvent. Mais où ça m'a frappé c'est que elle, elle le trouvait extraordinaire. Moi je le trouvais juste ordinaire (sans l'extra). Comme pour les billets de loto, sans l'extra ça s'accompagne de moins de bonheur. Si je vous en parle c'est peut-être à cause du commentaire qui sommeillait en moi depuis trop longtemps.

     

    Je vous avertis on va encore parler de pub.

     

    Cette année, sans grande surprise, la folie grande et américaine autour des publicités du Super Bowl vient tout juste de finir. On nous a assommés avec les sempiternels commentaires creux qui disent à peu près :

     

    • 3M$ (millions) pour 30 secondes… ça se peux-tu?

       

    • L'an passé c'était mieux, la bière annoncée avait l'air plus fraîche.

       

       

    • Oui mais le coucher de soleil dans la pub était moins beau.

     

    Là ils ont vraiment mis le paquet, c'est une merveille, et bla bla. The bigger, the more expensive, the better.

    Plus le cash payé pour le temps d'antenne est important, plus c'est louable. Je n'ai jamais compris et je ne comprends toujours pas. Il n'y a rien au monde qui empêche de dire des âneries en ondes même si on paye trois fortunes la minute. Mais bon, les ame-ricain n'ont pas à se confesser et à nous parler de leur taux de chômage, de l'absence de filet social chez-eux, de leur économie en marasme total. Alors les pubs du match ont continué dans la même lancée historique comme si la crise n'existait pas chez-eux. Mais on est en 2012, plus de quarante ans après le premier Super Bowl, à l'ère de l'information globale, en période de forte, très forte récession. J'ai été déçu de voir que les commentaires vides tenaient encore la route. Et tellement bien même si une p¸ortion de plus en plus grande d'ame-ricains s'agglutine aux portes des soupes populaires. Avez-vous pensé combien de vraie soupe la compagnie Campbell pourrait servir aux nécessiteux pour la même somme? Je gage que les retombées seraient plus importantes que ce qu'ils peuvent retirer du culte du ballon-cigare.

    Mais, mais, je reviens à mon vieux souvenir, je me suis rappelé ce qu'une dame avait mentionné en parlant des publicités du Super Bowl 1980queq :

     

    • J'aimerais vivre dans une publicité.

     

    WOW! Eh ben! C'était dit. En visionnant mon petit vidéo où on voit une succession de catastrophes aux conséquences allégées parce que che-nous, on boit la bonne sorte de bière. La maison brûle? Pas grave si on sauve la caisse de 24, on fera un party autour du feu. En regardant la température moche qu'il faisait dehors cette journée là, je me suis surpris à dire :

     

    - Moi si je devais changer de monde aujourd'hui, je voudrais vivre dans une publicité de bière!

     

    Tous les gars y sont beaux et jeunes, en partant j'améliorerais mon cas de quelques encablures. Tout ce qui s'y passe rend le monde joyeux, souriant. C'est presque toujours l'été-sans-les-mouches et quand c'est l'hiver, ce n'est pas vraiment froid là, juste la température qu'il faut pour que la boisson soit désaltérante.

    En plus tous les événements, autrement dramatiques, se transforment en party comme dans la vidéo que je venais de voir. La maison brûle? Pas grave, sors les steaks on se fait un gril… j'apporte la broue. On manque d'essence en auto? Sors le lunch, on pique-nique sur la ligne jaune et la première auto à passer ce sera une décapotable remplie de belles filles. Elles vont stopper et venir se désaltérer en chantant et en dansant etc, etc.

    De plus, dans ces pubs, si on est sur une plage, il n'y a jamais d'algues moches qui traînent, pas de cailloux dans le sable ou de tessons de bouteilles qui n'attendent que votre pied pour se manifester.

     

    • Non mais ça serait l'fun hein?

       

    • Vous dites..?

       

    • Ça n'est pas possible?

       

    OK, dans ce cas, j'ai un plan B. Je me réfugie jusqu'à ma mort dans une publicité de voitures. J'ai regardé de vieilles cassettes le mois dernier. Elles avaient été enregistrées en 1980queq elles aussi…

     

    Mais je vous fais grâce des détails, vous savez sûrement où je veux en venir.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :