• La grosse Collin

    Quelque part au fond de l'enfance, une première rencontre avec l'autorité, personnifiée par un agent de police énorme et bourru. Nous avons eu la chance qu'il soit aussi pourvu d'un coeur de même dimension que sa stature.

     

      

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, sans permission expresse de l'auteur

     

     

    LA GROSSE COLLIN

     

    Attention les gars
    La grosse Collin est là
    Les bras bananés
    Les sourcils froncés
     
    À jase avec Silver pi Leslie
    En avant d'la Modern Grocery
    Depuis au moins dix minutes
    À doit être sur une piste
    À l'argumente à s'énarve
    Du haut de sa grosse voix grave
     
    Moé ch'comprends pas
    Pourquoi tout ce branle-bas
     
    Les pas-bons s'poussent tout' à Rouyn
    Depuis qu'la police Collin est dans l'coin
    À c't'heure la grosse Martel c'est d'la dentelle
    Tout juste bonne pour les maternelles
     
    J'vous l'dis les gars
    T'nez-vous l'caquet bas
    Ch'pense qu'a l'a flairé une fraude
    La grosse Collin est en maraude
     
    J'espère qu'a pas entendu parler
    D'notre dernière bataille avec Peruta
    Ou des bouteilles vides qu'on a volées
    Dans l'vieux hangar chez McKenna
    À moins qu'Paradis aie encore faite le fin
    Avec le frére des jumelles Jourdain
     
    Si on pouvait la suire
    On saurait c'qu'a charche
    On éviterait p't'être le pire
    En anticipant ses démarches
     
     
    La v'la qui ramène ses fesses
    Du côté d'la salle de bal des Moose
    Est loin d'sa routine habituelle
    Pi même en passant à check la ruelle
     
    La à tourne sur la septième vers le bas
    Du côté d'la centrale de Northern Telephône
     
    Bon puisqu'il le faut je l'admets
    On l'a déjà rempli d'gomme leur interphône
    Mais à peut pas nous courir juste pour ça
     
     
    PFIOU
    Fausse alerte
     
    À d'vait être à son break ch'suppose
    À s'assit au comptoir chez Margaret Rose
    Devant une tarte aux pommes réchauffée
    Deux boules vanille fromage jaune râpé
     
    Même si à nous inquiète comme ça à l'occasion
    Quand on est proche on devient meilleur garçon
    Y'a pas à dire on est en sécurité
    Avec le sergent Antoine Collin dans l'quartier
     
    En attendant
     
    On va pouvoir s'payer chacun une barre de chocolat
    Y nous reste du foin sur les vides à McKenna

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    malinamie Profil de malinamie
    Mercredi 9 Novembre 2011 à 20:27

    J'aime beaucoup cette histoire" nous n'en avions pas de Grosse Colin dans notre coin....cC'est ben agréable à lire cela ...merci

    2
    Etiam
    Mercredi 18 Janvier 2012 à 03:04

    Ha ha ha ....Que c est bon ! Tu as vraiment un talent de conteur . Nous , les filles , nous n étions pas toujours sages et nous aussi ,la grosse COLLIN , nous faisait peur . Pourtant , quand elle venait au dep et qu elle jasait avec nos parents ,on la voyait différemment . C était un vrai bon gars .

    3
    Dididit Profil de Dididit
    Mercredi 18 Janvier 2012 à 04:33

    Oh là! Oui, "les" filles je sais pas mais je me souviens "d'une" fille qui faisait des coups comme égratigner des meubles avec un couteau. Mais... Chose jugée, chose pardonnée comme disait Napoléon (ou était-ce mon voisin d'en face, je sais plus). Tu navigues les blogs comme une pro maintenant.

    4
    Dimanche 19 Février 2012 à 03:35

    Ah que tu m'en fais vivre des affaires, toué là... La grosse Collin... Si je m'en souviens? Autant que la grosse Martel-qu'était-pas-dentelle, pis Paradis pis Peruta pis Margaret Rose, le Northern Telephône!!!!


    Le pire, c'est que ça doit dire quelque chose aussi à n'importe qui, tellement c'est bien écrit. Universel. Vraiment.


    P.S.: La grosse Collin, il prenait son break chez Lou's Tobacco Shop des fois, pensais-tu qu'y était fidèle à Chez Dumont? Je veux pas te péter ta balloune là, mais y était pas fidèle au même dép. C'était grand, le Bronx, t'sais!!!

    5
    Dimanche 19 Février 2012 à 03:37

    Si je pouvais, je passerais ma veillée à te lire, je reviendrai...

    6
    Dididit Profil de Dididit
    Dimanche 19 Février 2012 à 05:21

    Je suis mort de rire là de voir que tes souvenirs sont aussi précis que les miens d'après ton commentaire. Merci des compliments je les apprécie mais malgré tout, je voudrais pas que tu délaisses tes samedis soirs avec CD pour la lecture de mon blog hi hi hi


    DDD (alias Che)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :