• Le petit

    Il faut attendre la fin de la gestation mais quand le temps arrive, ça s'appelle la délivrance. C'est toujours une joie de voir la famille s'aggrandir.

      

    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur.

     

    LE PETIT

     

    On m'avait prévenu de sa venue mais je ne l'avais pas encore vu. Normal, j'étais à l'extérieur. Même quand une nouvelle comme celle-là concerne la famille élargie, on se sent un peu concerné. Non mais, ce n'est pas rien. Un p'tit nouveau.

    On l'avait déposé au centre de la table, précautionneusement. Quand je l'ai vu, couché sur le dos, tout pâle, la face à peine teintée de rose, je l'ai trouvé chétif. Bon, c'est sûr que la nature est parfois ingrate aux premiers jours. Mais le temps qu'il s'habitue à son entourage et surtout, le temps que notre œil s'accoutume à son allure frêle, presque cassante et les choses devraient rentrer dans l'ordre. Je m'y suis déjà presque habitué. Pourtant il est à terme mais il tient dans la paume de la main, c'est dire le gabarit.

    Avec les familles éclatées c'est toujours plus difficile d'établir la paternité. Comme entendu dans une classe de maternelle… moi je m'appelle Marie-Julie Soucy-Sureau, fille Boileau. J'habite chez ma mère mais son copain c'est Marc… Boileau évidemment. Non, je suis habituée maintenant, je ne trouve pas ça compliqué…

    Vous vous souvenez de cette période?

    Bon, évidemment dans ce cas, la paternité ne pose pas de problèmes. Même si c'est plutôt la maternité qui cloche, la parentèle au complet est particulière. Un seul papa : Louis. Mais maman Jeanne-Mance, maman Louise, maman Margot, tous prétendant à des droits de maternités naturels, faut le faire.

    D'autant plus que le parrainage multiple ne facilite pas les choses. Tonton Fernand ou Denis, tata Suzanne et les autres. On s'entend que ce genre de problèmes nous interpelle plus fortement qu'il n'affecte le petit lui-même. Peut-être est-il encore trop jeune et il nous faudra attendre de voir comment il résoudra son problème d'identité quand l'âge ingrat se présentera.

    Quand j'ai mis ma main sous lui, j'avais l'impression qu'il était humide. C'est toujours humide c'est petites bibittes là. Malgré la légèreté du rejeton, j'y ai aussi glissé ma deuxième main pour bien l'entourer. Les paumes bien appuyées contre son dos, j'ai pressé mon pouce contre sa tranche et j'ai feuilleté avec un sourire. Nos Saisons : le p'tit premier des éditions du Quartz prenait vie page par page sous mes yeux, l'encre était à peine sèche.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    malinamie Profil de malinamie
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 21:43

    ....et je viens à peine de soulever la courverture que déjà il s'est mis à sourire...il est ben beau le petit...

    2
    Dididit Profil de Dididit
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 22:56

    Tant mieux si tu le trouve à ton goût. Merci de le dire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :