• Le vieux qui lisait des romans d’amour

    Vraiment, une belle, belle, belle petite destination toute en économie de mots.

    Le présent résumé représente uniquement ma perception personnelle de l'oeuvre. 

     

    Le vieux qui lisait des romans d'amour, (Luis Sepulveda), Éditions Métailié, 1992. (Traduit de l'espagnol)

     

    Encore une fois, un cadeau reçu. Un ami m'a dit un jour :

     -- C'est le meilleur livre que j'ai lu. Probablement de toute ma vie. Je te l'offre, tu vas l'aimer.

    C'est pas rien ça. Je pensais qu'il exagérait mais, un peu par égards, je l'ai lu et je l'ai trouvé bon mais… Oui, oui, bon mais…

    Quelques années plus tard, je récidive car j'ai le défaut d'oublier vite. Eh ben, il avait raison. Ce tout petit bouquin est un chef d'œuvre colossal. Les quelques prix littéraires lui ayant été attribués militent dans le même sens. Je n'y avais vraiment pas la tête lors de la première lecture.

    D'à peine cent vingt pages, le roman se veut un plaidoyer à la faveur de la forêt tropicale d'Amazonie. Ça c'est pour le sens du discours.

    L'histoire elle, est un peu à la Garcia Marquez. Un dentiste itinérant débarque dans un village d'Amérique du Sud, deux fois l'an, avec sa chaise de barbier, pour nettoyer les gencives. Il arrive et repart avec le bateau de commerce. Curieusement le village se nomme El Idilio justement parce que la vie y est tout le contraire d'idyllique. Cette place est un purgatoire pour tous ses habitants sauf pour les sauvages.

    Un vieux au nom de héros national qui sait lire mais pas écrire. Un représentant de l'autorité caricaturé comme dans les films pour enfants. (Je l'ai perçu un peu comme le gros colonel rondouillet au corps inhabité dans Zorro). Des indigènes qui font réellement corps avec la forêt. Des chercheurs d'or, barbouillés plus que dépeints.

    Tous ces personnages gravitent autour d'un drame à résoudre après la découverte d'un cadavre dans une pirogue échouée. À cause de sa connaissance particulière du milieu, le vieux doit participer bien malgré lui à une expédition visant à éliminer un mangeur d'hommes rôdant autour d'El Idillio.

    L'intrigue est intense. Le vieux sait lire les livres. Ceux qu'il préfère sont les romans d'amour. Mais le vieux sait aussi lire dans le cœur des hommes. Il sait lire la nature. Il décode l'instinct des animaux. Il accepte humblement que la mort fasse partie de la vie et respecte le jeu sans cesse renouvelé de la nature. Les indiens avec lesquels il a vécu lui ont appris des choses simples mais importantes au sujet de l'amour. Il aime et respecte la jungle qui le nourrit; il y vit en harmonie.

    Parviendra-t-il à protéger le village pour ensuite y retourner vivre paisiblement en sauvage, afin de lire ses romans d'amour?

    A-t-il seulement besoin d'apprendre à écrire?

    (Le même genre de petite bombe que La Perle, de Steinbeck ou Le Vieil Homme et la Mer, d'Hemingway)

     

    Quelques courts extraits :

    (… en parlant du maire) « Sa femme le tuera. Elle fait des provisions de haine, mais elle n'en a pas encore assez. … Ces choses là demandent du temps. »

    « … le jour, il y a l'homme et la forêt. La nuit, l'homme est forêt. »

    (Commentaire d'un sauvage face à la mort) « … tu as un fusil, tu violes la mort en l'entourant de douleur. »

    (Sur la nécessité de s'aider en communauté) « Aussi vrai qu'on dit qu'une main lave l'autre et que les deux lavent le cul, on doit s'entraider. »

    (À propos de la lecture) « Ce fut la découverte la plus importante de sa vie. Il savait lire. Il possédait l'antidote contre le redoutable venin de la vieillesse. »

    (Une conception des sauvages sur le sentiment amoureux.) « C'était l'amour pur, sans autre finalité que l'amour pour l'amour. Sans possession et sans jalousie. Nul ne peut s'emparer de la foudre dans le ciel, et nul ne peut s'approprier le bonheur de l'autre au moment de l'abandon. »


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :