• Ma mère nature

    Dans toutes les langues, à toutes le époques, on en parlait et on en parlera

      
    À moins d'annotation contraire, toutes les images et tous les textes de ce blog sont protégés et ne peuvent être utilisés, en tout ou en partie, sans permission expresse de l'auteur
     

    MA MÈRE NATURE

     

    Que t'arrive-t-il ma mère nature

    Qu'advient-il du fleuve des battures
    La planète fait de la température
    La minceur de l'ozone perdure
     
    J'ai passé la rivière des Mille-Îles
    Sans voir d'eau est-ce possible
     
    L'oiseau migrant
    Se méfie maintenant
    Du soleil couchant
    Depuis que l'homme
    A dompté l'atome
     
    Récemment un épervier
    Converti à la cité
    A fixé sa nichée
    Aux combles du siège social
    D'un pollueur national
     
    Naturellement ça m'embête
    De voir que même les bêtes
    Perdent leur rose des vents
    Tellement tu leur mens à présent
     
    Ça m'embête aussi de savoir
    Que ton eau n'est plus à boire
    Je m'inquiète de la révolution
    Que t'a livrée l'électron
     
    L'air étouffe l'hiver
    Et les forêts crient à boire
    Les fleuves jouent au dépotoir
    Les marées ont des idées noires
     
    Quand la mer pique des rages
    Et aspire navires et équipages
    Quand elle pacte avec vent sauvage
    Et lance ses typhons aux rivages
    Aveuglée par ses crises à ravages
    Elle devrait épargner les pétroliers
    Aux flancs ventrus d'ombre gonflés
     
    Du coup tes fastes océans
    Majestueux autrement
    Seraient plus éclatants
     
    Mais qui suis-je pour te sermonner
    Je devrais peut-être m'assurer
    Au départ que tu sois protégée
    Amarrer les barges aux quais
    Profiter de ce que tu as à partager

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :